Pourquoi j’ai décidé de créer mon entreprise.

Qu’est ce qui m’a amenée à me lancer? Pourquoi maintenant?
C’est ce que m’a demandé une des lectrices de ce blog.

Et j’ai vraiment à cœur de t’expliquer un peu mon cheminement.

A vrai dire, il n’y a pas qu’une seule réponse, loin de là.
Par contre, il y a une vraie certitude: pour moi c’est ça et c’est maintenant!

Tout a commencé il y a bien bien longtemps, avant même le lycée je crois. Il était déjà évident pour moi qu’une vie de métro boulot dodo n’était pas du tout dans mes aspirations. J’avais été une élève et une fille modèle. Bien brave, bien obéissante, baissant les yeux quand on me parlait, d’une timidité quasi maladive dans ma toute prime jeunesse.

Puis, j’ai redoublé ma seconde et j’ai commencé à prendre de l’assurance. Et à assumer mon tempérament un peu libre, un peu « original » un peu « rebel » dirons-nous.
Ça ne m’a plus jamais quittée.
J’ai tenté d’entrer dans le monde du travail. J’ai trouvé en l’interim la respiration qu’il me fallait pour réussir à vivre dans des réglés imposées:
6 mois de boulot, 6 mois pour m’en remettre!
J’ai refusé des CDI, j’ai fait toutes les entreprise du CAC 40. Je suis entrée assistante commerciale, j’ai fini chef de projet, responsable d’équipe..

Puis je me suis lancée une première fois il y a plus de 12 ans, dans l’élaboration d’un magazine en ligne. Ça ne s’appelait pas encore « blog ». J’étais une « influenceuse » sans le savoir.
J’ai créé ma marque de vêtements, rien de bien méchant. Et comme j’étais frileuse, je suis passée par le biais de mon association. Je n’avais pas assez confiance en moi pour passer le pas de la « vraie » création d’entreprise.
Pour de multiples raisons, j’ai tout lâché un beau matin.
J’ai oublié de te dire que devenir styliste a toujours été le rêve de ma vie. Depuis gamine, je dessine des bonne femmes. Encore aujourd’hui, un stylo un papier et c’est parti! A côté de ça, je ne sais pas coudre un bouton et encore moins reconnaître des tissus ou des modes de « cousage » (genre en biais…tout ça)

J’ai repris un taf en entreprise.
J’ai commencé à y faire des crises d’angoisse, des malaises. J’étais dirigée par un DAF qui fonctionnait au harcèlement moral et avait à cœur de faire craquer toute son équipe.
Je suis partie malgré l’augmentation nette de 25% de mon salaire proposée pour me faire signer le CDI.
J’ai dit non à la pression, oui à ma santé.
Ce n’était pas négociable. Pas du tout.

Puis, pendant 10 ans j’ai navigué à vue. J’ai développé une énorme agoraphobie, je suis restée chez moi. J’ai survécu. Je me suis retirée de la société.

J’ai découvert le développement personnel. Ma vie a commencé à changer, surtout la vision que j’en avais. J’ai commencé à découvrir que d’autres avant moi, et avec moi, avaient une idée plus large de la vie. Que ça ne pouvait pas être d’attendre le we pour ne vivre que 2 jours par semaine et trimer le reste du temps. Non.

Je me suis laissé bercer pendant de longues années dans la bienveillance de ces idéaux que j’ai fait miens.

Il y a 2 ans et demi, je suis devenue mère.

Il y a quelques mois, j’ai commencé à refaire des projets, ce qui ne m’arrivait plus. Je vivais vraiment au jour le jour, surtout avec un tout petit.
J’étais suivie par un psy qui m’a réouvert petit à petit à la vie, dehors.
J’ai fait des rencontres, des soins de toutes sortes, des ateliers sur l’intuition. Je me suis vraiment réouverte à la vie.
Puis, la formation de 2 jours sur l‘IKIGAI m’est tombée dessus comme un cadeau du ciel. (cf l’article ici)
Alors que je ne souhaitais absolument pas reprendre une activité professionnelle, de quelque sorte que ce soit, je n’ai pas eu le choix:

Je me suis réveillée le lendemain, avec la conviction sereine, inebranlable, que c’était le moment et que je devais le faire.
Je n’avais juste pas le choix.

Comment te l’expliquer mieux que cela? Je crois que je ne peux pas.
L’idée en elle-même de ce que j’allais faire n’étais pas une « révélation » en soi.
Cette idée venait de la marque de vêtements que j’avais déjà faite. Un produit original que j’avais créé avait très bien fonctionné. Le but était de repartir sur ce seul produit, décliné à l’infini ou presque… J’avais des flashs depuis 10 ans, notamment sous ma douche, de ce vêtement avec différentes couleurs ou autre. Et la conviction déjà bien présente que ça marcherait forcement.

Donc l’idée du produit en lui-même n’était pas neuve. Elle était en moi et masserait depuis des années.
Ce qui était totalement nouveau, c’est l’énergie qui m’est revenue pour réaliser ce projet.

La veille aussi, j’avais fait une séance de pure curiosité avec une « lectrice d’âme ». Je ne connaissais pas ce terme non plus, rassure toi. Nous avons échangé via skype (ça m’a coûté un peu cher j’avoue). Et ce qu’elle m’a dit ou « annoncé » m’a donné une énergie de fou et l’envie de créer à nouveau! Elle ne m’a pas annoncé le produit auquel je pense, mais elle n’était pas loin du tout…
Entre elle et l’Ikigai je crois que ça a été les 2 gouttes d’eau en plus… Celles qui ont fait basculer la balance.

Je suis aussi suivie en soins énergétiques par une personne superbe dont je parlerai peut-être un jour, et dont je sens petit à petit, à chaque jour qui passe, les bienfaits. L’énergie qui change en moi et m’ouvre à la créativité.
Il y a eu d’autres choses, d’autres rencontres, d’autres activités, d’autres livres comme mon chouchou «  Embrasser l’inconnu » qui m’ont fait passer à l’action, l’art-thérapie, la kinésiologie…
Je suis très touche à tout, j’adore expérimenter des choses. J’ai eu un stage sur l’intuition qui m’a complètement ouverte aux autres. Ça a été fabuleux!

Mon mois de juin 2019 a été une succession de rencontres, d’actes, de découvertes, de soins, incroyables et c’est tout cela qui m’a menée aujourd’hui devant toi, à te présenter mon chemin exalté vers la création d’entreprise.

Ce que je peux te dire, c’est que c’est ancré en moi. Je DOIS faire ce projet.
Meme si ça ne dure que 2 ou 3 ans (parce que je l’aurais revendu des millions), ce n’est pas grave. Je DOIS le faire parce que je sens qu’il peut apporter du bien-être à beaucoup de femmes. Que je peux mettre ma touche dans le monde de la Mode mondiale aujourd’hui. C’est prétentieux? Je ne crois pas. Simplement parce que c’est « là » et que c’est une évidence sereine…
Mon envie c’est de rester dans la sérénité, dans la joie de créer. Mon but n’est pas d’être un bourreau de travail.

Je veux vivre heureuse.
Je veux faire ce que j’aime.
Je veux découvrir le monde, je veux vivre libre en pleine santé et avec de gros moyens financiers, et beaucoup beaucoup de vacances et de bon temps… Et être entourée de ma famille.

C’est simple non?

Et toi, qu’est-ce qui t’anime?


Une réflexion sur “Pourquoi j’ai décidé de créer mon entreprise.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s